Mushishi – Chroniques spéciales

  • Titre : Mushishi – Chroniques spéciales
  • Synonyme(s) : Mushi-shi Tokubetsu-hen: Hihamu Kage
  • Titre original : 蟲師 特別篇「日蝕む翳」
  • Format : Spécial
  • Épisodes : 1
  • Diffusion : 04/01/2014
  • Préquelle : Mushishi

Mushishi – Chroniques spéciales est un épisode spécial de 45 minutes environ, faisant suite à l’anime Mushishi adapté du manga éponyme de Yuki Urushibara.

Une éclipse a lieu et cet évènement a une influence importante sur les interactions entre les humains et les mushi. Ginko se retrouve sur les lieux d’un incident impliquant un « dévoreur de jour », qui plonge progressivement un village dans une nuit éternelle. Alors qu’il cherche la racine du mushi pour régler la situation, il croise le chemin d’une fille albinos qui est affligée de tâches noires si elle entre en contact avec la lumière du soleil…

Une lettre d’amour pour les fans de Mushishi

Décors dans mushishi C’est l’impression qui ressort de Mushishi – Chroniques spéciales. L’esprit est complètement respecté et c’est un peu comme si c’était une version longue d’un épisode normal de Mushishi. En contrepartie cela veut dire que l’histoire prend un peu de temps avant de démarrer.

Une fois qu’elle est lancée, on est totalement scotché à l’écran et la conclusion est à la hauteur de ce à quoi on a eu droit jusque là.

Une fois n’est pas coutume, en plus du docteur, d’autres personnages refont une apparition. Je vous laisse la surprise mais c’est en tout cas du fanservice agréable, dans la mesure où ça permet de vraiment situer cet épisode spécial comme une suite de la série principale.

À noter aussi que les nouveaux entrants sont tout aussi bien développés que d’habitude. Cette capacité, qu’a Mushishi à rendre des personnages plus intéressants en 15 minutes que dans une série de 26 épisodes, me mettra toujours autant sur le cul.

 L’ambiance, toujours aussi puissante

mushishi ginko Les musiques, les dialogues, les couleurs, le scénario… tout contribue à l’ambiance dans Mushishi, et la recette est ici parfaitement reproduite.

La majorité du film est par contre dépourvu de couleurs chaudes, éclipse oblige. Je n’ai également pas retrouvé l’aspect inquiétant que l’on pouvait apercevoir dans certains passages de la série originale. Le mushi qui est au centre de l’attention cause des inquiétudes moins viscérales.

Ce sont des problèmes peu importants toutefois, car on a toujours le sentiment de suivre un conte et le problème est approché avec poésie par Ginko, qui donne toujours autant l’impression d’être fasciné par les mushi. Par ailleurs c’est toujours aussi reposant donc vos nerfs vous diront merci avec cette cure de 45 minutes.

Techniquement, rien de nouveau

mushishi descente en forêt C’est un épisode spécial et non pas un OAV ou un film, donc il ne fallait s’attendre à aucune amélioration technique par rapport à la série. Le studio Artland s’est vraiment concentré sur les paysages et la mise en scène, et je l’en remercie.

Sur ce plan ils se sont surpassés et je ne compte plus les décors superbes, où tout est cadré parfaitement pendant que les personnages avancent. J’en ressors encore avec des images plein la tête.

J’ai beaucoup apprécié le chara-design des deux jumelles. Ça m’a plus marqué que la plupart des personnages de la série, d’autant plus que leurs expressions sont bien rendues.

Mushishi – Chroniques spéciales a fait fort. Sorte d’épisode rallongé de la série, il conserve tout ce qui fait la force de l’original. Mes (petits) regrets sont vraiment de l’ordre du chipotage et je suis pressé de voir la suite. Annoncée dans le teaser après le générique, je suis certain qu’elle va me plaire grâce à cette mise en bouche de 45 minutes qui prouve que le studio Artland maîtrise la recette.
Les Les
Respecte parfaitement l’esprit de l’original. L’histoire prend du temps pour démarrer.
Le studio s’est lâché sur les décors. Visuellement plus terne pendant une bonne partie de l’épisode à cause de l’éclipse.
Toujours aussi calme.

Wizard Barristers : premières impressions

Wizard Barrister précoce

Wizard Barristers (titre original : Wizard Barristers: Benmashi Cecil / ウィザード・バリスターズ〜弁魔士セシル) est une série animée diffusée par Wakanim depuis le 12 Janvier.

Dans un monde contemporain où l’usage de la magie est réglementé, les benmashi (Wizard Barristers/Magistrats) ont pour métier de défendre leurs clients qui ont pour particularité d’être mages.

La scène d’ouverture de Wizard Barristers démarre sur les chapeaux de roue : une fusillade, un crash d’hélico, des wagons de train qui volent dans tous les sens, des explosions, un mage capturé par la police et condamné à mort par une cour spéciale dans les secondes qui suivent… Puis passé l’opening on entre dans le vif du sujet : les affaires de Sudo Cecil, magistrat du cabinet Butterfly. Continuer la lecture de Wizard Barristers : premières impressions

Sekai Seifuku : premières impressions

La conquérante du siècle

Sekai Seifuku : Le complot de Zvezda (titre original : Sekai Seifuku: Bouryaku no Zvezda / 世界征服~謀略のズヴィズダー~) est une série animée diffusée en simulcast par Wakanim depuis le 11 Janvier.

La « démoniaque société secrète Zvezda » a pour but de conquérir le monde et a à sa tête… une gamine qui tient à peine sur son vélo à roulettes. Asuta Jimon, un étudiant en fugue, croise leur chemin par accident et se retrouve impliqué dans leurs plans. Continuer la lecture de Sekai Seifuku : premières impressions

Mushishi

  • Titre : Mushishi
  • Synonyme(s) : Mushi-shi
  • Titre original : 蟲師
  • Format : TV
  • Épisodes : 26
  • Diffusion : du 23/10/2005 au 19/06/2006
  • Suite : Mushishi – Chroniques spéciales

Mushishi est une série animée de 26 épisodes par le studio Artland, adaptée du manga éponyme de Yuki Urushibara.

On y suit Ginko, un mushi-shi (ce qui peut se traduire par « maître des insectes ») errant dans un Japon figé à une époque ancestrale et enquêtant sur des phénomènes liés aux mushi, une « forme de vie » visible seulement pour de rares individus. Les mushi ont tendance à provoquer toutes sortes de problèmes et sont du coup vus comme effrayants. En réalité les choses ne sont pas si simples…

Une succession d’histoires courtes

mushishi-ginko

Les épisodes de Mushishi ne sont pas liés les uns aux autres, se faisant de très rares références. Pas de coup de théâtre pour nous donner envie de regarder à tout prix la suite : cette série est un peu comme un recueil de contes asiatiques avec comme point commun Ginko et les mushi.

Ceci dit, le rythme est maîtrisé et les personnages sont très développés pour le peu de temps qu’ils passent à l’écran. Alors qu’on les connaît depuis à peine 15 minutes, on se surprend à espérer qu’ils arrivent à dépasser leurs problèmes causés par les mushi.

Métaphore de la nature impartiale et impitoyable, ces derniers ne sont pourtant ni bons ni mauvais, vivant en symbiose avec leur environnement. Régis par des lois cohérentes et logiques, ils rendent les enquêtes de Ginko vraiment intéressantes.

Le fait que ce soit assez métaphysique n’empêche pourtant pas la série d’être très explicite. Dès le premier épisode vous savez ce que sont les mushi et les détails sont donnés généreusement au fil des histoires.

D’ailleurs, malgré la nature fantastique de la série, on y apprend des choses intéressantes sur l’environnement et son fonctionnement.

Le gros point fort de Mushishi : son ambiance

Des montagnes dans Mushishi

L’ambiance est posée dès l’opening : c’est calme, très calme. Ça devrait même être remboursé par la sécu !

Avoir choisi le Japon ancestral comme cadre pour Mushishi est une excellente idée : la nature est omniprésente et les Hommes vivent à son rythme, donnant l’impression que c’est un monde éternellement paisible (quand les éléments ne se déchaînent pas). Il est d’ailleurs amusant de remarquer que Ginko est le seul personnage qui semble avoir des habits contemporains, ce qui le rend assez unique.

Je tiens aussi à saluer le travail de son seiyū, Yuto Nakano, qui a une voix grave, calme et bien rythmée (par moments j’aurais juré que c’était Gotoh de Patlabor !).

Poétique, Mushishi sait aussi quand il doit être inquiétant. Certains phénomènes provoqués par les mushi sont tantôt magnifiques, tantôt effrayants.

Une série superbe surtout pour ses paysages

Forêt dans Mushishi

Visuellement économe en terme d’animation, Mushishi brille par l’usage des couleurs et ses plans travaillés et évocateurs. J’ai souvent eu l’impression de regarder un tableau animé dans certaines scènes.

Le chara-design quant à lui, même s’il sort un peu de l’ordinaire, a tendance à se répéter. Le fait que les personnages aient souvent des habits similaires d’un épisode à l’autre n’aide pas vraiment.

Les mushi sont eux très variés et leur animation relève clairement le niveau. Je garde un bon souvenir de la scène du pont dans l’épisode 13 par exemple.

Bref, Mushishi est comme un excellent recueil de contes. Poétique et reposant, parfois inquiétant, on y retourne avec plaisir. Visuellement réussi, cohérent et avec une ambiance charmante, on en ressort avec des images plein la tête.
Les Les
Les paysages sont superbes. Les personnages secondaires ont tendance à se ressembler (bon, je chipote vraiment).
Des histoires variées et accrocheuses. On en veut encore plus faute de conclusion.
Reposant ! Ça peut devenir chiant si vous n’êtes pas méditatif.
Les mushi sont fascinants.

Space Dandy : premières impressions

space dandy

Space Dandy est une série animée diffusée sur Wakanim et Mangas en simulcast depuis le 5 Janvier.

Space Dandy gagne sa vie en trouvant des extra-terrestres que personne n’a identifié auparavant. Il se fait accompagner par un robot complètement obsolète et un alien qui a tout l’air d’un chat. Continuer la lecture de Space Dandy : premières impressions