roujin z thumbnail

Roujin Z

  • Titre : Roujin Z
  • Synonyme(s) : Elderly Person Z, Old Person Z
  • Titre original : 老人Z
  • Format : OAV
  • Durée : 1h20
  • Diffusion : 14/09/1991

Roujin Z est une OAV réalisée par Hiroyuki Kitakubo et scénarisée par Katsuhiro Otomo (Akira, Steamboy).

Dans un futur proche où les soins aux personnes âgées prennent une ampleur sans précédent, le Ministère de la Santé et des Affaires sociales introduit Z-001 : un lit informatisé capable de subvenir à tous les besoins du patient. Le lit est testé sur Takazawa, dont Haruko est l’infirmière. Cette dernière ne voit pas d’un bon œil le fait de priver une personne âgée de contact humain. Lorsqu’elle reçoit un appel à l’aide sur son ordinateur provenant de Takazawa, ses doutes sont renforcés…

Anticipation et message social à la clé

panique roujin z

La problématique est posée dès le départ : les vieux sont de plus en plus nombreux et ils coûtent cher. Aussi la réponse proposée par le Ministère de la Santé et des Affaires sociales va de soi… sauf que ce qui apparaît comme un message d’attention porté aux personnes dépendantes n’est en pratique qu’un moyen pour s’en laver les mains. Cette hypocrisie et le manque de respect qui en résulte sont très bien restitués durant Roujin Z.

Le mecha-design de Katsuhiro Otomo pour le Z-001 est excellent. C’est un véritable couteau suisse pour grabataire et ses transformations ne sont pas totalement tirées par les cheveux.

En prime c’est une superbe anticipation des évolutions actuelles de la médecine à distance et personnalisée qui se développe de nos jours, dans un monde développé en proie au vieillissement de sa population.

Les papys les plus cool au monde

vieux hackers roujin z

Avec une majorité des personnages qui sont de vieux morceaux, on pourrait craindre s’ennuyer dans Roujin Z. Sauf que les retraités ici (et les autres personnages en général) sont vraiment drôles et attachants. Les papys hackers sont sûrement les meilleurs du lot, mais même les « antagonistes » ont tendance à être marrants.

Il est d’autant plus facile de retenir les personnages que chacun a un visage vraiment différent. Il n’y a pas deux personnes qui se ressemblent, même dans les groupes de « figurants » en arrière-plan.

L’humour, l’aspect visuel, la façon dont les sujets de société sont traités… tout ceci n’est pas sans rappeler la version série TV de Patlabor. Ça en a aussi la qualité.

Il y a juste un truc qui m’a fait tiquer avec le scénario…

Un pan de l’intrigue de Roujin Z est un peu léger

takazawa en action roujin z

Sans faire de gros spoiler, il y a un passage où un des papys hackers créé une voix de synthèse. À partir d’une photo. D’une personne qu’il n’a jamais connu ! Non seulement c’est stupide, mais en plus ça a une influence tellement importante sur tout le reste de l’histoire que cela porte préjudice à la vraisemblance du scénario.

Heureusement, cela n’empêche pas Roujin Z d’en faire un usage drôle et de s’en servir correctement jusqu’à la fin. C’est juste la base qui gâte tout.

On regrettera aussi le fait que l’OAV se contente d’être drôle et d’oublier son message social sur la fin.

Drôle et plein de personnages uniques et attachants, Roujin Z est aussi une satire bien trouvée sur la manière dont on s’occupe de nos personnes dépendantes. Dommage qu’un point du scénario soit assez gênant et que la moralité de l’histoire soit un peu mise de côté.

On retiendra surtout l’anticipation d’un système de santé chaque jour plus réel : si dans le futur vous avez un bidule appelé « Toto » qui pompe votre caca quand vous dormez, annoncez fièrement à votre infirmière que Roujin Z l’avait prévu.

Les Les
Un message social bien introduit… … mais pas totalement exploité.
Des personnages attachants. Les répercussions d’un hacking façon Hollywood puissance 10.
Le Z-001 imaginé par Katsuhiro Otomo.
C’est très drôle.