Wizard Barristers

Wizard Barristers : premières impressions

Wizard Barrister précoce

Wizard Barristers (titre original : Wizard Barristers: Benmashi Cecil / ウィザード・バリスターズ〜弁魔士セシル) est une série animée diffusée par Wakanim depuis le 12 Janvier.

Dans un monde contemporain où l’usage de la magie est réglementé, les benmashi (Wizard Barristers/Magistrats) ont pour métier de défendre leurs clients qui ont pour particularité d’être mages.

La scène d’ouverture de Wizard Barristers démarre sur les chapeaux de roue : une fusillade, un crash d’hélico, des wagons de train qui volent dans tous les sens, des explosions, un mage capturé par la police et condamné à mort par une cour spéciale dans les secondes qui suivent… Puis passé l’opening on entre dans le vif du sujet : les affaires de Sudo Cecil, magistrat du cabinet Butterfly.

un chara design particulier

La société présentée dans Wizard Barristers est grosso-modo comme la nôtre, les mages en plus. Ces derniers sont mal vus et ont donc tendance à être persécutés (harcèlement et déclassement dans le monde du travail, bouc émissaires pour les bureaucrates…), ce qui n’est pas tellement surprenant quand on voit les dégâts que peut causer un seul mage.

C’est, je pense, un élément très intéressant et même si on n’atteindra peut-être pas le niveau d’un Psycho Pass ou Ghost in the Shell Stand Alone Complex, il y a moyen de s’attendre à des affaires intéressantes pour la jeune Cecil. La personnalité de cette dernière (tête de mule aux principes inflexibles et profondément justes) me laisse toutefois craindre un traitement nunuche de la problématique.

D’un autre côté, il y a probablement de bonnes raisons derrière son comportement, comme ce qui a l’air d’être sa mère comme condamnée à mort. De plus, Mitsuhisa Hachiya, le taciturne de service, pourrait être tout destiné à offrir quelques retours à la réalité de temps en temps.

L'équipe de magistrats

Le chara-design lui me laisse de marbre. Je n’aime pas spécialement les formes des visages féminins. En fait, je préfère presque les têtes des personnages secondaires car on dirait moins des tomates avec une feuille posée dessus.

Il y a quand même quelques trouvailles au sein du cabinet Butterfly, comme Seseri Chono avec ses bouclettes bleues et ses yeux de requin. Aussi, les mages semblent pouvoir contrôler leurs cheveux selon leurs émotions, ce qui est relativement amusant.

attaque érotique !

Impossible de rater la performance de Norio Wakamoto (la voix de Cell dans Dragon Ball Z / Dragon Ball Kai et Charles zi Britannia dans Code Geass) en tant que Nanajiinyi, l’espèce de grenouille domestique de Cecil. Vraiment inimitable. Si vous cherchez une raison de regarder Wizard Barristers c’est bien celle-ci qu’il vous faut.

Les scènes d’actions, sans être incroyables, ont suffisamment de patate pour maintenir l’attention et la 3D est vraiment bien intégrée. Les mages ont des capacités qui, si elles sont bien exploitées, pourraient donner des scènes assez apocalyptiques (comme avec le Diaboloïd, une sorte de mecha construit avec les élements environnants). Le groupe de mages qui observe Cecil aura peut-être quelques surprises à nous réserver sur ce plan.

La légitime défense FTW pour Cecil la Wizard Barrister

Wizard Barristers a des arguments en sa faveur. À mi-chemin entre Harry Potter et une série sur la justice, on a là un certain potentiel. J’ai un peu de mal avec le chara-design des personnages féminins et je crains que le scénario ne soit pas à la hauteur du concept dans les épisodes suivants. Impressions à confirmer dans une critique complète quand la série sera terminée !